'+Xt_param; j’ai un exposé sur le contrat social de Jean Jacque rouseau ,précisément dans le livre 2 du chapitre 7 à 10 ,j’aimerais avoir des informations, Bonsoir, merci infiniment pour l’information c’est intéressent, Bonjou, je suis vraiment ravis d’avoir tout ces informations Merci, j’aimerai avoir un exposé sur la souverainetés. Le site couvre ainsi les grandes traditions philosophiques, des présocratiques aux philosophes contemporains, tout en essayant d’apporter une lecture philosophique au champ culturel en général, qu’il s’agisse de cinéma, de littérature, de politique ou de musique. Etymologiquement, philosophie signifie amour de la sagesse. {Xt_s=screen;Xt_i+='&r='+Xt_s.width+'x'+Xt_s.height+'x'+Xt_s.pixelDepth+'x'+Xt_s.colorDepth;} Du Contrat social Rousseau, 1762 Après avoir dressé un état des maux de la société dans le Discours sur l’origine de l’inégalité, Jean-Jacques Rousseau traite des remèdes dans son traité Du Contrat social. Du contrat social affirme la souveraineté du peuple face à des régimes politiques trop souvent injustes et inégalitaires. Il a été souvent traduit en diverses langues, et les législateurs étrangers n'ont pas dédaigné d'emprunter à Rousseau quelques-unes de ses formules ou de ses propositions. Du Contrat social (1762) Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat social, L. I (4/9) Aide à la lecture. La volonté générale ne peut en effet être une somme des volontés individuelles dans la mesure où leur but est opposé, la première étant inspirée par le bien commun. Liberté ? Rien n’est plus dangereux que l’influence des intérêts privés dans les affaires publiques, et l’abus des lois par le gouvernement est un mal moindre que la corruption du législateur, suite infaillible des vues particulières. Dans Du contrat social, Rousseau établit qu’une organisation sociale "juste" repose sur un pacte garantissant l’égalité et la liberté entre tous les citoyens. Rousseau la condition nécessaire pour cette même «liberté des modernes» ou «négati ve» que Constant croyait sous-estimée dans la Contrat Social. Le chapitre sur la volonté générale est assez mal rédigé. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes […] Il n’a jamais existé de véritable démocratie et il n’en existera jamais”. Avant d’être une discipline d’étude, il s’agit avant tout d’une certaine manière de voir le monde, de le questionner. D'un point de vue rousseauiste, la réplique peut facilement être imaginée: c'est que l'État auquel s'en prennent les anarchistes est précisément mauvais. Le contrat social implique un abandon total et inconditionnel par chaque individu de ses propres droits naturels afin d’obtenir les droits associés à la citoyenneté. Évoquer l'existence de véritables « citoyens », c'est donc déjà sous-entendre qu'ils font passer les affaires publiques avant les affaires privées, qu'ils se préoccupent davantage du fonctionnement de la communauté que de leurs biens privés. Mais est-il si évident que la réalisation d'un « bonheur commun» conditionne positivement l'accès au bonheur privé? Lorsque Max Stirner souligne les exigences de la singularité, de l'« Unique », c'est pour faire valoir que toute formation collective (l'État, mais aussi la morale, la religion, le droit, etc.) Il est sans doute difficile de définir abstraitement les qualités d'un « bon» État. ... Renoncer à sa liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. S'ils participent par tous les moyens à leur disposition à la vie publique, les choses ne peuvent que s'améliorer; si à l'inverse, ils se désintéressent de leur propre devenir commun, « l'État est perdu ». Selon Rousseau, la liberté politique n’est réalisable et garantie qu’à la condition de concevoir cette société comme la conséquence d’un contrat passé entre tous les individus qui la composent. le peuple tout-puissant sauvegarde, par le truchement dun législateur, le bien-être général contre les groupements dintérêts la démocratie doit maintenir sa pureté par des assemblées législatives Un peuple qui n’abuserait jamais du gouvernement n’abuserait pas non plus de l’indépendance; un peuple qui gouvernerait toujours bien n’aurait pas besoin d’être gouverné.” (citations de Rousseau), – “Le souverain, n’ayant d’autre force que la puissance législative, n’agit que par des lois; et les lois n’étant que des actes authentiques de la volonté générale, le souverain ne saurait agir que quand le peuple est assemblé. Mais les individus ne sont contraints à agir que si l’autorité est légitime. Dans cet extrait, Rousseau mentionne très brièvement ce qu’il entend pour liberté, et uniquement pour renvoyer le lecteur à ses autres écrits : « J’ai déjà dit ce que c’est que la liberté civile« . En d'autres termes, la loi qui émane de la volonté de tous, de la « volonté générale », est garante de la liberté (en même temps que de l'égalité). Rousseau. Dans le bon État, au contraire, remplir ses devoirs, tandis que l'on sait que les autres font de même, c'est travailler dans l'intérêt de tous, et donc de chacun. La souveraineté du peuple y est affirmée, et Rousseau montre que c’est un pacte, le fameux contrat social, qui fonde la légitimité de l’union de plusieurs individus, sortant de … La souveraineté, selon Rousseau, est inaliénable et indivisible, en ce sens une république qui divise sa souveraineté n’est plus une république et ne peut plus représenter l’intérêt public. Du contrat social (1762). La souveraineté est la volonté générale. Le Contrat social correspond à un fragment de l'ouvrage plus considérable, projeté par Rousseau, sur les institutions politiques. Il est simple: quand la cité est bien conduite, chacun « vole» aux assemblées. Certains penseurs ont fait de Rousseau un théoricien du totalitarisme et un traite à la liberté, et l’ambiguité de son texte, et ses lacunes, peuvent laisser place à cette interprétation. Ce n’est pas une convention du supérieur avec l’inférieur, mais une convention du corps avec chacun de ses membres. « Voter» à l'assemblée ou au bureau de vote, c'est montrer que l'on estime que toute voix compte, et que le débat mérite qu'on se déplace, parce qu'il propose des choix importants pour l'avenir de tous. Ou alors que les conditions mises en place par le public rendent plus facile l'accès à un bonheur privé? (5) Hobbes, Léviathan, I, 14 Si la justice était ainsi, les individus les plus puissants seront toujours les plus justes. Or, la considération portée aux apparences plutôt qu'à l'être constitue pour Rousseau une faute, peut-être métaphysique, mais dont les conséquences sont sociales et politiques. La première peut mener à une uniformisation de l'existence, alors que la seconde fait seulement valoir que le rôle de l'État consiste à garantir à tous des conditions de vie (de sécurité, de santé, de confort, etc.) De nombreux questionnements à propos de cette notion si vaste et délicate, furent abordés par de grands philosophes. Public et privé, B.- La liberté politique : but du contrat social et fondement de la citoyenneté À travers la théorie du contrat social de Rousseau où chacun se donnant à tous, ne se donne à personne, les citoyens sont à l’abri de toute dépendance personnelle. 1762 . Je suis bien loin des idées communes ; je crois les corvées moins contraires à la liberté que les taxes. DU CONTRAT SOCIAL OU PRINCIPES DU DROIT POLITIQUE . Rousseau ne peut donc envisager comment un État médiocre (l'adjectif est sans doute inapproprié de son point de vue: il faudrait dire immédiatement « mauvais ») pourrait se réformer et s'améliorer. C'est en quelque sorte par définition que le « citoyen » est d'abord défini relativement à la sphère publique: son nom même le lie à la cité, à l’existence commune. III. Dans cet extrait, la différence entre bon et mauvais État est sans nuance, et la préoccupation du bonheur commun est telle que, si un seul citoyen fait défaut, tout s'écroule. J suis satisfait d se rèsumer sa ns a bien permis de maîtrisè l contrat sociale de rousseai, Je suis vraiment contant de ce résumé Du Contrat Social du J J Rousseau mais les mots sont effrayants. Il existerait ainsi une possibilité de vérification empirique de la qualité et de la santé de l'État: que les affaires publiques l'emportent, dans l'esprit de chacun, sur les affaires privées, et que cela se constate dans les conduites. CHAPITRE II Des premières sociétés [1] L A PLUS ancienne de toutes les sociétés, et la seule naturelle, est celle de la famille. Rousseau de savoir quelles sont ces conventions. Sitôt que quelqu’un dit des affaires de l’Etat : Que m’importe ? Il est souvent considéré comme le principal inspirateur des idées de la Révolution […] Pandémie : Est-ce venu l’ère du technicisme ? C’est pas mal mais c’est enseignant quand même. Chaque individu peut avoir une volonté particulière différente de la volonté générale, mais dans le cadre du contrat, la volonté particulière peut être contrainte de se soumettre à la volonté générale. D’une part, elle requiert de ne pas dépendre d’un autre homme dans la cité (un maître), mais d’une loi que l’individu s’est donnée à lui-même. La participation des citoyens. Cette conclusion n'est-elle pas néanmoins un peu trop schématique? D’autres articles mieux écrits sont éclairants. Mais c'est que; pour lui, la décadence de l'État n’est pas même relative au sentiment de la communauté. On doit compter que l’Etat est perdu. Il faut dire que Rousseau s’est déjà étendu longuement sur la liberté dans tout le livre précédent du Contrat social. En conséquence du contrat social, les lois civiles sont décidées par un vote majoritaire des magistrats qui sont élus pour représenter le peuple. Ce principe deviendra le fil conducteur de la Révolution française. if(parseFloat(navigator.appVersion)>=4) Il va de soi qu'il ne saurait s'agir d'un État soumis à un autre, mais le vrai sens de l'expression est ailleurs. Alors, l’État étant altéré dans sa substance, toute réforme devient impossible. Sachez avant tout qu’il n’existe pas de réponse unique à cette question. Depuis 2008, la-philosophie.com agit pour la diffusion de la tradition et des grandes pensées philosophiques. Il instaure ou il profite de l'inégalité; lorsque tous travaillent dans le même but, l'égalité est confirmée. Et ce qu'il conçoit comme citoyen est tellement impliqué dans les affaires publiques que l'espèce semble en être devenue bien rare ... Cependant, il n'est pas sûr qu'on doive le déplorer, tant les citoyens de Rousseau, si vertueux, peuvent nous paraître sinistrement uniformes.